12.05.2021

Des analyses pointues pour l’urban farming

Un des souhaits du projet Rout Lëns est de recréer un lien fort avec la nature dans la ville. C’est pourquoi, une zone sera consacrée à l’Urban Farming.

 

Qu’est-ce que l’urban farming ?

On le voit dans tous les médias, l’agriculture urbaine a le vent en poupe. Né à Détroit aux USA, l’urban farming* peut se définir comme un ensemble d’actions permettant d’exploiter des terrains à l’abandon pour créer des potagers communautaires.

A Rout Lëns, sa mise en œuvre sera confiée au collectif “Merci Raymond”. L’objectif ici est de créer un écosystème fertile permettant à un exploitant de nourrir un quartier dans une démarche de circuit-court. Cette parcelle de terrain d’environ 6.000 m2 à cultiver sera donc aménagée pour qu’elle nourrisse en légumes et fruits une partie de la population. La ferme urbaine a également un rôle pédagogique avec l’organisation d’ateliers et formations.

Le projet maraîcher se veut écologique et durable. C’est pourquoi, il utilisera la technique de permaculture. Celle-ci vise à mettre en place un écosystème productif résilient et autonome en associant plusieurs espèces vivantes spécifiques.

 

La base de tout : une terre saine

Créer une ferme urbaine sur une friche industrielle demande certaines précautions. La première étape est de s’assurer de la qualité de la terre afin de garantir la non-toxicité des aliments produits.

Est-il absolument certain que les légumes et fruits produits seront consommables et répondront aux normes de conformités ?

Cette question ne peut pas être prise à la légère, c’est pourquoi nous avons fait appel au groupement d’entreprises Lingenheld Environnement et Microhumus. L’entreprise lorraine Microhumus, spécialisée dans l’ingénierie des sols et le phytomanagement, connaît bien la problématique des sites sidérurgiques et de la restauration agronomique des sols dégradés.

 

Les analyses se succèdent

Hiver 2020

En mars 2021, Microhumus a prélevé plusieurs échantillons de terre sur le terrain destiné à l’urban farming. Il s’agit d’une zone située dans la partie française du site. Celle-ci n’a pas subi de pollution dans les années d’exploitation puisqu’elle ne supportait aucun bâtiment, aucun procédé industriel, aucun stockage. Cette zone a spécifiquement été choisie pour le caractère relativement préservé de sa terre.

– Profil pédologique laissant apparaitre les matériaux valorisables en profondeur. –

Toutes les chances sont ainsi mises de notre côté pour que le projet d’alimenter Rout Lëns en circuit court aboutisse rapidement.

 

Printemps 2021

Mircrohumus réalise les mélanges qui lui permettront de faire les essais de culture selon une technique unique mise au point par leurs soins.

Après quelques semaines de stockage à l’air libre sur le terrain, on constate déjà que les matériaux limoneux du site ont très bien évolué. Ils sont relativement friables et les mélanges avec les autres matériaux ont été aisés.

– Tamisage et homogénéisation des matériaux valorisables. –

Les résultats définitifs des analyses agronomiques arriveront bientôt.

 

La suite de l’étude de non-toxicité

Microhumus poursuit maintenant avec les essais de culture. Légumes feuilles, légumes-racines et légumes-fruits sont semés.

– Essais de culture sur les terres refonctionnalisées. –

Les agronomes vont suivre leur croissance et analyser en laboratoire la qualité des récoltes. Tous les paramètres de toxicités seront étudiés.

Si l’analyse des légumes est concluante et qu’il n’y a aucun signe de pollution, Microhumus donnera son feu vert à “Merci Raymond”.

La simulation d‘urban farming sur la zone française pourra alors commencer !

 

Nourrir une centaine de foyers

Ce projet de potager urbain n’est pas anodin. Il participe à la révolution verte en marche dans le monde. Bien plus qu’un projet purement utopique ou anecdotique, à terme, la ferme de Rout Lëns pourrait nourrir près d’une centaine de foyers.

Mais le bénéfice ne s’arrête pas là…

Reconnectés à l’économie locale et aux ressources du territoire Eschois, les citoyens de toutes générations créeront ensemble l’esprit de collaboration d’un nouveau quartier résilient, autonome et durable.

 

 

*Définition de l’urban farming par le collectif Merci Raymond : l’urban farming est l’intégration d’espaces comestibles et productifs en ville sous différentes formes : paysage comestible, potagers communautaires, fermes urbaines…